21 juin 2007

Somnanbule

Etrange chaos qui somnole dans le creux de mes reins..

Tumulte dans ma tête paresseuse, les murmures tremblent encore, sur les parois pourpres, les murs de mes souvenirs. L'éphémère sourire de ton visage si tendre s'étend sur l'oreiller, froid de terreur, il blêmit de ton soupir. Repense encore à ton rire sonore, il faisait scintillé les petites poupées de cire. Tes gestes engourdis pouvaient apaiser les chairs meurtries, et ses désirs. Ton souffle enivrait nos âmes dépravées, l'éclat de tes crocs faisait saigner mon corps, et faisait saigner mon âme. Ton visage, s'estompe lentement; comme ses marques pourpres, empreintes de douleur; sans un regard, la porte se ferme brusquement, mes paupières se fond lourdes et insoutenable. Tes derniers mots s'envolent par la lucarne brisée. Ne reste que l'ombre d'un fantôme sans vie.

fatbyivoryacidlust

Posté par Antre des songes à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Somnanbule

Nouveau commentaire