23 juin 2007

poeme

  Coule sur mon corps sucré,l'encre de tes veinesMes songes vétustes,brûlés par la sève,Fin de nuit,espoir éphémères pour une douleur,qui,m'empoigne le coeurLa lueur fait disparaître mes yeux avidesPorcelaine blanche,peau glacée d'une sylphide,mes souvenances sont de marbresonore encore,cette eurythmie macabre.  
Posté par Antre des songes à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]